Introduction

Deux ans de travail ont été nécessaires à la réalisation complète du deuxième projet de la Compagnie Zone Lumière intitulé LOST

Après un premier travail d’écriture et de composition, le comité s’est réuni dès le mois d’avril rassemblant les personnes intéressées par les différents postes comme les décors, les costumes, le travail administratif, le graphisme de l’affiche, la comptabilité etc…

Les différentes étapes du projet se sont déroulées non sans difficulté et ont nécessité une énergie importante et une motivation à toute épreuve de la part des jeunes de la troupe et des adultes de l’association.

En effet, comme souvent dans les projets où la part de bénévolat est grande, il a été difficile d’amener les gens jusqu’au bout de leur engagement.

Conditions de travail

Durant toute l’année nous avons travaillé dans un petit pavillon mis gentiment à disposition par la commune de Troinex. Malheureusement, l’espace était restreint et il nous a été difficile de travailler en sous groupes et de mettre en place la mise en scène.

Nous n’avons eu que très peu d’occasions de travailler dans de grands espaces et encore moins sur scène.

Il a fallu de nombreuses heures de mise en place durant la semaine de spectacle qui auraient pu être évitée si nous avions eu des locaux adéquats.

Grâce à la motivation des jeunes et au sérieux de leur travail, ces inconvénients n’ont pas empêché un résultat tout à fait probant.

Composition de la troupe

Un peu plus d’une vingtaine de jeunes se sont lancés dans l’aventure en octobre 2004. A cette troupe de comédiens chanteurs s’est ajoutée la troupe de huit jeunes danseuses.

Les quelques personnes qui se sont désistées pendant la première partie de l’année ont immédiatement été remplacées par d’autres intéressées par le projet.

Les jeunes de la troupe ont fait preuve d’une volonté de fer et ont travaillé avec acharnement à la réalisation de notre comédie musicale.

Le groupe de danseuses n’a pas travaillé avec les comédiens chanteurs cette fois-ci.

Elles ont appris de leur côté les chorégraphies élaborées par deux jeunes chorégraphes et ont rejoint la troupe pendant les répétitions d’une journée ainsi que pendant les week-ends de travail.

Durant cette année d’élaboration, deux répétitions hebdomadaires, quatre week-ends de travail, ainsi que deux stages de trois jours ont été nécessaires pour réaliser ce spcectacle.

De plus, suite à divers problèmes rencontrés avec l’arrangeur des morceaux de musique, l’association s’est vue dans l’obligation de refaire tous les arrangements pendant l’été qui précédait les représentations.

Une fois de plus, les jeunes se sont montrés à la hauteur en travaillant tout l’été pour réapprendre les chansons et enregistrer le disque afin qu’il soit prêt pour le spectacle de l’Alhambra les 16,17 et 18 septembre 2005.

En ce qui concerne les week-ends

Les week-ends et les stages ont été organisés de façon progressive afin de permettre aux jeunes de mieux se connaître et de travailler dans la confiance.

  • Beaucoup de problèmes individuels ont ressurgi dans ces moments là et ont été traités, pour la plupart, en groupe.
  • Les problèmes relationnels, les interactions entre différents jeunes ont également été abordés afin d’éviter le blocage d’informations ou la mise à l’écart de certaines personnes.
  • Ils nous ont permis de travailles sur la cohésion du groupe et sur le fait que chacun trouve sa place et se sente à l’aise.
  • La participation des jeunes a été optimale et leur investissement dans ces week-ends très important. Pour la plupart d’entre eux. Ces moments ont été vécu comme uniques et privilégiés.

 

Les méthodes de travail

Comme dans le premier projet, les jeunes ont d’abord travaillé par atelier, ce qui leur a permis de cibler le domaine qui les intéressait le plus ainsi que de faire un travail plus en profondeur là où ils avaient de la difficulté.

Des exercices de diction, un travail sur la voix et le souffle ainsi que sur le corps et le mouvement sont venus compléter l’apprentissage des textes et des chansons de la comédie.

La pratique du chant, du théâtre et de la danse ont de toute évidence permis à la plupart d’entre eux de libérer une partie de leur créativité et ont encouragé l’expression de leurs émotions sans en avoir honte.

Cette attitude a engendré une atmosphère particulière où les membres de la troupe se sentaient liés et soutenus. Ce qui les incitait, entre autres, à une certaine sincérité les uns vis-à-vis des autres.

On avait notamment le sentiment qu’ils se connaissaient sous un aspect nouveau (où les émotions n’étaient plus à cacher) et différent de la plupart des autres relations qu’ils entretiennent avec leur milieu social et leurs proches.

 

Le spectacle

Comme lors de notre premier spectacle, les périodes de scène ont été très forts en émotion.

Tous ont exprimé leur joie, leur peur, leur angoisse sans avoir peur d’être jugé. Le soir de la dernière a marqué chacun d’entre nous par les larmes qui coulaient abondamment et qui exprimaient pour la plupart la difficulté d’imaginer un terme à cette aventure magique.

L’avis des jeunes

Le bilan réalisé avec les jeunes a révélé de nombreux changements vécus par la plupart d’entre eux.

Certains ont exprimé l’importance qu’un tel projet avait eu pour eux durant cette année.

D’autres ont réalisé leurs capacités artistiques et leur motivation à développer certains aspects de leur créativité.

Enfin, quelques un d’entre eux ont parlé de leur transformation profonde, de leur prise de conscience et du fait qu’ils se sentent complètement différents, plus réceptifs aux autres, avec une nouvelle motivation dans leur vie.

 

Les adultes de l’association

La richesse de cette expérience a également marqué les adultes encadrant les ateliers ainsi que ceux qui avaient un travail plus périphérique comme le décorateur, la costumière ou les maquilleuses.

La spontanéité et la sincérité des jeunes ont été un facteur essentiel dans la relation établie avec eux et ont permis un échange où les émotions et les sentiments étaient vécus comme des soutiens et non des handicaps.

Pour conclure

Une fois de plus, l’expérience de ce nouveau projet invite à la réflexion.

En effet, la pratique d’activités artistiques dans le cadre d’une comédie musicale semble avoir un impact réel sur les jeunes qui s’y investissent et change passablement leur vision des choses et leur façon d’appréhender l’avenir.